jeudi 24 juillet 2014

pris de jalousie

 Mais les Juifs, pris de jalousie, recrutèrent des vauriens sur la place publique, ayant ameuté la foule, ils semèrent le désordre dans la ville. Ils allèrent jusqu’à la maison de Jason à la recherche de Paul et Silas, pour les faire comparaître devant le peuple.
Actes 17, 5

Viens Esprit de Jésus, viens nous apprendre à vivre selon l’evangile
Viens Esprit de justice et de paix,
Viens lumière des cœurs.

Mais les Juifs,
L’auteur ici généralise, car on a vu des Juifs sympathiser avec Paul et Silas, écouter leur témoignage, y faire bon accueil. Sans doute s’agit-il ici des responsables de la communauté juive, comme dans l’Evangile de Jean, lorsqu’il est question des Juifs il faut souvent comprendre les chefs du peuple.

pris de jalousie,
on pense aux deux zèles dont parle st Benoît. La jalousie est un feu,  et le feu peut dévorer pour le bien ou pour le mal. Il y a bon zèle et mauvais zèle, bonne et mauvaise ardeur… agir sous le coup de l’émotion est souvent dangereux. Sans le recul, sans le temps de la réflexion posée, l’action entreprise risque de n’avoir pas de fondement, pas de mesure…

 recrutèrent des vauriens sur la place publique, ayant ameuté la foule, ils semèrent le désordre dans la ville.
On voit effectivement que l’action entreprise est sans raison, on veut agiter, exciter, liguer la foule contre Paul et Silas, et  au lieu de partir d’une saine réflexion, on part dans l’émeute, l’agitation,… on entraîne quelques casseurs, comme aujourd’hui encore…

Ils allèrent jusqu’à la maison de Jason à la recherche de Paul et Silas, pour les faire comparaître devant le peuple.
L’objectif est clair : s’emparer de Paul et Silas, régler leur compte ! On imagine une émeute, des cris, de la colère et de la haine, des mouvements d’humeur,… rien d’une saine controverse, où les idées sont confrontées, mais bien plutôt une volonté de lynchage…

Seigneur, aujourd’hui encore en notre monde, certains sont poursuivis de manière injuste, aujourd’hui encore des semeurs de trouble, essaient de l’emporter non par la raison, mais par la violence, la terreur. Seigneur, sois notre paix, notre force, pour encore et toujours chercher à vivre et résoudre les conflits par le dialogue, l’accueil…

mercredi 23 juillet 2014

Certains se laissèrent convaincre

 Certains des Juifs se laissèrent convaincre et s’attachèrent à Paul et Silas, ainsi qu’une grande foule de Grecs adorateurs de Dieu, et bon nombre de femmes de notables.
Actes 17, 4

Viens Esprit de Jésus,  ouvre les cœurs à la parole de lumière
Viens Esprit, fortifie notre foi au long des jours

Certains des Juifs se laissèrent convaincre et s’attachèrent à Paul et Silas,
La foi est libre, l’un choisit de croire, l’autre reste sur sa réserve. Parmi les Juifs, certains entendant la prédication de Paul et Silas,  reconnaissent l’accomplissement des Ecritures en Jésus, d’autres sont hésitants, ou opposés. La foi n’est pas une évidence, elle est une lumière intérieure, un appel.

ainsi qu’une grande foule de Grecs adorateurs de Dieu, et bon nombre de femmes de notables.
La prédication de Paul et Silas, si elle rejoint d’abord les Juifs, touche aussi ceux qui sont proches sans être Juifs pour autant, les prosélytes, les « craignants Dieu ». Et comme déjà durant la vie de Jésus, les femmes elles aussi entendent la parole et l’accueillent. Dès les débuts du christianisme elles ont joué un rôle important, elles ont accueillis la Bonne Nouvelle, y ont adhéré pleinement.

Seigneur, aujourd’hui, je veux faire mémoire de ceux et celles qui ont éveillé la foi en moi, de ceux et celles qui par leur témoignage m’ont ouvert un chemin d’Evangile.

mardi 22 juillet 2014

A partir des Ecritures

 Ayant traversé Amphipolis et Apollonie, ils arrivèrent à Thessalonique, où les Juifs avaient une synagogue. Suivant son habitude, Paul entra chez eux. Et durant trois sabbats, il discuta avec eux, à partir des Ecritures, il en ouvrait le sens et établissait que le Christ devait souffrir et ressusciter d’entre les morts, et il ajoutait « le Christ c’est ce Jésus que je vous annonce. »
Actes 17, 1-3

Viens Esprit de Jésus,  sois en nous le lecteur de l’Ecriture, celui qui nous donne de la comprendre.
Viens Esprit de Jésus, transforme nos vies par ton amour, par ta vie.

Ayant traversé Amphipolis et Apollonie, ils arrivèrent à Thessalonique,
Fidèle à lui-même, Luc continue à nous donner quelques indications géographiques, qui nous donnent de vraiment suivre Paul et Silas dans leur périple. Ils arrivent ainsi à Thessalonique, à la communauté de cette ville, Paul écrira ensuite deux lettres qui nous sont parvenues. Ou tout au moins, dans le corpus des lettres de Paul, nous en trouvons deux qui ont pour destinataires les Thessaloniciens. Ces lettres sont-elles des reconstructions, des assemblages de diverses lettres… nous n’en savons rien, mais nous voyions en ce passage des Actes, que Paul a effectivement visité cette ville, y a porté l’Evangile du salut.

où les Juifs avaient une synagogue.
A l’époque de cette première évangélisation, il y avait déjà une diaspora juive importante dans l’ensemble de l’empire romain. Certaines villes comme Thessalonique avait même une synagogue (à la différence de Philippes, où il semble que les chrétiens se rassemblaient en dehors de la ville sur le bord d’une rivière.) La communauté juive de Thessalonique est sans doute importante.

 Suivant son habitude, Paul entra chez eux.
L’habitude de Paul, partout où il passe est effectivement de s’adresser d’abord aux Juifs, à ce peuple élu, qui a reçu mission toute spéciale dans le plan de salut de Dieu.

Et durant trois sabbats, il discuta avec eux, à partir des Ecritures,
Paul a une bonne formation à la lecture des Ecritures (notre actuel premier testament, le nouveau n’étant pas encore écrit). Paul trouve dans la lecture des Ecritures, un lieu de partage avec ses frères juifs. C’est là une belle base commune.

 il en ouvrait le sens et établissait que le Christ devait souffrir et ressusciter d’entre les morts,
Mais Paul vient introduire une nouveauté dans sa lecture. Il en ouvre le sens, il montre vers qui pointe les oracles prophétiques, vers qui pointent la loi et toute l’Ecriture. Il établit d’abord, que le Christ, c'est-à-dire le Messie, le sauveur attendu par tout le peuple d’Israël, que ce Christ devait souffrir et ressusciter. Il y a déjà là un certain scandale, beaucoup attendaient un messie triomphant, qui allait écraser les adversaires, pas un messie souffrant. Certains ne reconnaissaient pas la possibilité d’une résurrection des morts, tandis que d’autres s’étaient peu à peu accoutumés à cette idée, y avaient perçu quelque chose de juste…

et il ajoutait « le Christ c’est ce Jésus que je vous annonce. »
Mais ici, Paul accomplit un nouveau saut. Après avoir dévoilé un nouveau visage du messie tant attendu, il en dévoile l’identité. Il annonce que ce messie attendu, est en fait venu, c’est Jésus. Cela doit faire l’effet d’une bombe. Qui sans hésiter peut accueillir ce message ? Cela fait des siècles que le peuple attend son messie, et voilà qu’il serait venu, qu’il n’aurait pas été reconnu… pire, qu’il aurait été mis à mort sous la menée des chefs religieux de son peuple….


Seigneur, ton message est beau, heureux, mais il déroute, étonne, surprend… Seigneur, ouvre nos cœurs, permet que nous découvrions en toi le Sauveur, pour tous les peuples. 

lundi 21 juillet 2014

ils les encouragèrent

 Les gardes rapportèrent aux magistrats ces paroles, et ils furent effrayés en apprenant qu’ils étaient citoyens romains. Ils vinrent s’excuser et ils les firent  sortir et les prièrent de quitter la ville. Une fois sortis de prison, Paul et Silas allèrent chez Lydie, ayant vu les frères ils les encouragèrent, et puis ils repartirent.
Actes 16, 38-40

Viens Esprit de Jésus, viens illuminer nos cœurs par la Parole
Viens Esprit de Jésus, viens encourager nos pas sur les chemins de l’Evangile.

Les gardes rapportèrent aux magistrats ces paroles, et ils furent effrayés en apprenant qu’ils étaient citoyens romains.
En effet, en tant que citoyens romains, Paul et Silas pourraient recourir à la justice impériale par rapport au traitement qui leur a été infligé sans jugement…

Ils vinrent s’excuser et ils les firent  sortir
Paul obtient donc satisfaction. Il avait réclamé un tel geste de la part de ceux qui l’ont ainsi traité. Et les voici donc officiellement libérés.

et les prièrent de quitter la ville.
Mais si les magistrats sont prêts à les libérer, à s’excuser, ils ne sont pas prêts pour autant à voir Paul et Silas continuer leur prédication à Philippes, exercer leur ministère d’apôtres et évangélistes, d’exorcistes… Ils les invitent à quitter les lieux aussi vite.

Une fois sortis de prison, Paul et Silas allèrent chez Lydie, ayant vu les frères ils les encouragèrent, et puis ils repartirent.
Paul et Silas vont obtempérer à l’injonction de quitter la ville, mais en prenant le temps d’un détour, ils vont visiter la communauté naissante, ils vont les encourager. Pour cette jeune communauté, voir Paul et Silas supporter bastonnade et emprisonnement a du être épreuve. Les voir maintenant libres, et solides en leur foi, doit les réconforter, les encourager. Dès leurs premiers pas dans la vie chrétienne, ils apprennent combien la foi n’est pas toujours facile, combien le chemin peut parfois être rude…
Ils ne provoqueront pas pour autant leurs adversaires, ni les magistrats qui viennent de les libérer, ils vont obéir et quitter la ville.


Seigneur, béni sois-tu de donner de vivre notre foi en communauté chrétienne. Donne-nous de nous encourager les uns les autres sur les chemins de l’Evangile. 

dimanche 20 juillet 2014

qu'ils viennent eux-mêmes

 Mais Paul leur dit : « Ils nous ont fait battre en public, sans jugement, nous citoyens romains, ils nous ont jetés en prison, et maintenant ils nous feraient sortir en secret ? Non, qu’ils viennent eux-mêmes nous libérer. »
Actes 16, 37

Viens Esprit de Jésus, viens Souffle de vie,
Viens nous libérer de nos peurs, de nos prisons, de nos enfermements,
Viens Esprit restaure chacun en sa dignité d’enfant de Dieu.

Mais Paul leur dit : « Ils nous ont fait battre en public, sans jugement, nous citoyens romains, ils nous ont jetés en prison, et maintenant ils nous feraient sortir en secret ?
Paul rappelle les faits brièvement : la bastonnade, l’emprisonnement, le tout au vu et au su de toute la population et sans jugement. Il ajoute un élément qui n’avait pas été manifesté jusqu’ici, Paul et Silas sont citoyens romains. Il s’agit là d’une certaine promotion humaine, qui les place sous le droit romain. A ce titre ils peuvent en appeler à la justice impériale.

Non, qu’ils viennent eux-mêmes nous libérer. »
Paul ne demande pas à recourir à la justice impériale, mais à ce que les auteurs de ce mauvais traitement, viennent en personne manifester la libération, à emprisonnement public, libération publique.
On peut se demander ce qui suscite une telle réaction chez Paul, alors qu’il aurait pu une fois l’annonce de libération reçue, s’empresser de reprendre sa liberté. Est-ce orgueil blessé qui exige réparation ? est-ce volonté de témoigner face au peuple de Philippe que leur foi chrétienne n’a rien de répréhensible ? derrière leur réhabilitation officielle, n’est-ce pas la réhabilitation du Christ dont ils se font porte-parole qu’il réclame ?


Seigneur, donne-nous de chercher à t’honorer en toute circonstance, non point dans la gloriole, dans l’exigence de reconnaissance, mais dans la simplicité de cœur, qui témoigne de toi, humblement, sincèrement. Nous te confions les chrétiens qui aujourd’hui sont bafoués à cause de leur foi.