lundi 27 février 2017

je fais de toi la lumière des nations



Et maintenant le Seigneur a parlé, lui qui m'a modelé dès le sein de ma mère pour être son serviteur, pour ramener vers lui Jacob, et qu'Israël lui soit réuni ; - je serai glorifié aux yeux du Seigneur, et mon Dieu a été ma force; - il a dit : " C'est trop peu que tu sois pour moi un serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les survivants d'Israël. Je fais de toi la lumière des nations pour que mon salut atteigne aux extrémités de la terre. " Ainsi parle le Seigneur, le rédempteur, le Saint d'Israël, à celui dont l'âme est méprisée, honnie de la nation, à l'esclave des tyrans : des rois verront et se lèveront, des princes verront et se prosterneront, à cause du Seigneur qui est fidèle, du Saint d'Israël qui t'a élu.
Isaïe 49, 5-7

Viens Esprit Saint, Dieu créateur, visite nos cœurs, viens Esprit de lumière et de vie, viens façonner nos vies par la Parole.

Et maintenant le Seigneur a parlé,
Et la parole du Seigneur elle fait ce qu’elle dit, en Dieu il n’y a aucune distance entre parole et acte. Quand il parle, sa parole accomplit ce qu’il dit.

 lui qui m'a modelé dès le sein de ma mère pour être son serviteur,
 pour ramener vers lui Jacob, et qu'Israël lui soit réuni ;
jusqu’ici nous avions appris l’élection du serviteur, dès le sein maternel, nous le savions choisi par Dieu. Maintenant nous découvrons en quoi consiste son service de Dieu : il doit ramener vers Dieu son peuple, il doit le rassembler, qu’il soit facteur de conversion du peuple, de retour à Dieu.

- je serai glorifié aux yeux du Seigneur,
et mon Dieu a été ma force;
Ces deux expressions, vu le parallélisme sur lequel est construit le chant, doivent très probablement être lues ensemble, et s’éclairer. Qu’est-ce qu’être glorifié aux yeux du Seigneur ? n’est-ce pas partager sa gloire, qui n’est autre que son amour ? et Dieu a-t-il autre force que celle de l’amour ? Reconnaître que son Dieu a été sa force, voilà qui lui donne confiance. Le serviteur se sait dans la main de son Dieu, là il tire la force dont il a besoin pour accomplir sa mission.

- il a dit : " C'est trop peu que tu sois pour moi un serviteur
pour relever les tribus de Jacob
et ramener les survivants d'Israël.
 Je fais de toi la lumière des nations
pour que mon salut atteigne aux extrémités de la terre.
Incroyable élargissement de la mission du serviteur : il doit non seulement ramener à Dieu son peuple élu : il faut que par le serviteur, le salut de Dieu atteigne les extrémités de la terre. Le projet universel du Dieu d’Israël est ici clairement manifesté. C’est un trait qui parcourt la Bible en son entier. Ainsi lorsqu’Abraham reçoit l’appel de Dieu, c’est pour devenir bénédiction pour tous les peuples. Si Marie est choisie, c’est pour donner au monde son Fils ! Le serviteur doit être lumière pour les nations. Chrétiens nous lisons ce verset en prophétie du Christ, lumière du monde !

 " Ainsi parle le Seigneur, le rédempteur, le Saint d'Israël,
à celui dont l'âme est méprisée, honnie de la nation, à l'esclave des tyrans :
Si la mission du serviteur est belle, capitale aux yeux de Dieu, cela ne garantit pas au serviteur qu’elle sera de tout repos. Si le Seigneur est rédempteur, Saint d’Israël, il n’est pas nécessairement accepté par tous, et ceux qui le servent peuvent connaître le rejet, l’opposition.

des rois verront et se lèveront,
des princes verront et se prosterneront,
à cause du Seigneur qui est fidèle,
du Saint d'Israël qui t'a élu.
Mais au bout de la mission, les nations reconnaîtront le salut, ils verront le Seigneur, et reconnaîtront dans le serviteur la fidélité du Seigneur. On pense à la déclaration du centurion païen au pied de la croix : vraiment cet homme était fils de Dieu. Un témoignage a transparu rien que par sa mort.

Seigneur, ouvre nos regards à la présence de Jésus, ton serviteur, en nos vies.
Seigneur au long du jour, sois notre force, sois notre amour.


dimanche 26 février 2017

à l'ombre de sa main



Iles, écoutez-moi, soyez attentifs, peuples lointains ! Le Seigneur m'a appelé dès le sein maternel, dès les entrailles de ma mère il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m'a abrité à l'ombre de sa main ; il a fait de moi une flèche acérée, il m'a caché dans son carquois. Il m'a dit : " Tu es mon serviteur, Israël, toi en qui je me glorifierai. " Et moi, j'ai dit : " C'est en vain que j'ai peiné, pour rien, pour du vent j'ai usé mes forces. " Et pourtant mon droit était avec le Seigneur et mon salaire avec mon Dieu.
Isaïe 49, 1-4

Viens Esprit de Jésus, viens illuminer nos cœurs, viens les ouvrir à l’annonce de la bonne nouvelle.

Iles, écoutez-moi,
soyez attentifs, peuples lointains !
Le chapitre 49 d’Isaïe s’ouvre avec le deuxième chant du serviteur. (le premier était au chapitre 42 (1-8). C’est un texte poétique, où l’on repère aisément les parallélismes (caractéristique de la poésie hébraïque, cf les psaumes par exemple).
Tout d’abord il invite les îles, ensuite les peuples lointains. Il invite à l’écoute d’une part, à l’attention d’autre part. le chant invite toutes les nations à écouter le message qui lui est offert de la part du Seigneur.

Le Seigneur m'a appelé dès le sein maternel,
dès les entrailles de ma mère il a prononcé mon nom.
A nouveau le prophète semble se répéter, dire deux fois plutôt qu’une ce qu’il veut annoncer. Ici il reconnait le choix du Seigneur sur lui, un choix qu’il découvre existant dès sa conception. Oui, le Seigneur l’a appelé dès le sein maternel. Quelle mission reçoit-il, pour que le Seigneur juge bon de prévoir son serviteur dès la conception. Il n’attend pas de le voir grandir, de vérifier ses capacités. Le Seigneur l’a choisi dès les entrailles de la mère, confiant qu’il pourrait être ouvrier pour sa moisson.

Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m'a abrité à l'ombre de sa main ;
il a fait de moi une flèche acérée, il m'a caché dans son carquois.
Le serviteur est choisi pour parler, et pour parler clairement. Sa bouche est semblable à une épée tranchante, il est comme une flèche dans le carquois du Seigneur. Et s’il parle, si sa parole dérange, il se met en danger… aussi le Seigneur le protège. Le serviteur tout à la fois se sent exposé par la parole que le Seigneur lui confie, et tout à la fois protégé par le Seigneur, abrité à l’ombre de sa main. Le Seigneur veille sur les siens dit le psaume.

Il m'a dit : " Tu es mon serviteur, Israël, toi en qui je me glorifierai. "
Le serviteur a entendu la parole du Seigneur sur lui. Il sait qu’il est choisi, que le Seigneur en lui trouve sa gloire. Ici, le serviteur personnage mystérieux, semble identifié au peuple d’Israël.

 Et moi, j'ai dit : " C'est en vain que j'ai peiné, pour rien,
pour du vent j'ai usé mes forces. "
Malgré son élection, malgré ses efforts au service de la parole qui lui a été confiée, le serviteur, semble quelque peu dépité. Il a l’impression que la parole n’a pas porté fruit, qu’il a peiné pour rien, qu’il s’est usé pour rien.

Et pourtant mon droit était avec le Seigneur
et mon salaire avec mon Dieu.
Malgré le non résultat de son service, il se réfugie en Dieu, il continue à croire qu’il a reçu mission, que son droit est avec le Seigneur, qu’il reçoit de lui son salaire, sa reconnaissance.

Seigneur, donne-nous comme tu l’as donné à ton serviteur, le courage de marcher, le courage de te servir, le courage de vivre pour toi, même si en première apparence nous ne voyons pas les fruits de notre vie, les fruits de notre travail à ton service.
Seigneur tu nous abrites à l’ombre de ta main, que ta main nous protège, nous garde à ton service.


vendredi 24 février 2017

Les eaux coulèrent

Es 48
20 Sortez de Babylone ! Fuyez de chez les Chaldéens !
D’une voix retentissante annoncez-le, faites-le entendre,
ébruitez-le jusqu’à l’extrémité de la terre,
dites : « Le SEIGNEUR a racheté son serviteur Jacob ! »
21 Ils n’ont pas eu soif sur les sols dévastés où il les a menés.
Pour eux, c’est du rocher qu’il fit ruisseler des eaux,
oui, il fendit le rocher et les eaux coulèrent !
22 Mais point de paix, a dit le SEIGNEUR, pour les méchants.

Viens Esprit Saint, que cette parole, que nous recevons aujourd’hui, nous ayons le souci de la faire retentir aussi loin qu’il est en notre pouvoir.

Sortez de Babylone ! Fuyez de chez les Chaldéens : à partir de maintenant, le prophète ne regardera plus vers Babylone, vers les idoles séductrices. Il invite Israël à en sortir, à s’en éloigner, car c’est seulement le petit reste des fidèles qui va maintenant concentrer son attention.

D’une voix retentissante annoncez-le, faites-le entendre, ébruitez-le jusqu’à l’extrémité de la terre, dites : Le SEIGNEUR a racheté son serviteur Jacob :
et celui-là est chargé de faire connaître le salut dont il est l’objet : « à votre tour, ne l’annoncerez-vous pas » disait-il déjà au verset 6.

Ils n’ont pas eu soif sur les sols dévastés où il les a menés. Pour eux, c’est du rocher qu’il fit ruisseler des eaux, oui, il fendit le rocher et les eaux coulèrent 
: rappel de ces faits bien connus vécus dans le désert de l’exode, faits relus comme une preuve de la prévenance de Dieu à leur égard.

Mais point de paix, a dit le SEIGNEUR, pour les méchants :
Esaïe va laisser les « méchants » à leur sort, il s’attachera plutôt à encourager les fidèles.

Seigneur Dieu, toi qui as abreuvé ton peuple au désert, tu es ce rocher dont coule l’eau vive : qu’elle ruisselle en nos vies, qu’elle les fasse porter du fruit.

jeudi 23 février 2017

La paix comme un fleuve

Es 48
17 Ainsi parle le SEIGNEUR qui te rachète, le Saint d’Israël :
C’est moi, le SEIGNEUR, ton Dieu,
qui t’instruis pour que tu en tires profit,
qui te fais cheminer sur le chemin que tu parcours.
18 Ah ! si tu avais été attentif à mes ordres,
ta paix serait comme un fleuve,
et ta justice comme les flots de la mer ;
19 ta descendance serait comme le sable,
ses rejetons comme les gravillons :
jamais son nom ne serait, de devant moi,
ni retranché, ni extirpé.

Viens, Esprit Saint, viens nous éclairer pour que nous soyons attentifs, accorde-nous de nous laisser instruire par ta parole.

Ainsi parle le SEIGNEUR qui te rachète, le Saint d’Israël : le prophète continue à exprimer le dessein de Dieu sur son peuple.

C’est moi, le SEIGNEUR, ton Dieu, qui t’instruis pour que tu en tires profit, qui te fais cheminer sur le chemin que tu parcours :
le Seigneur veille toujours sur son peuple, il l’instruit, il le guide comme au sortir d’Egypte, il est avec lui sur son chemin.

Ah ! si tu avais été attentif à mes ordres : mais le peuple a pris des chemins de traverse, il a désobéi à ses ordres, il s’est détourné de son guide, alors la paix n’est pas pour lui (v.22)

ta paix serait comme un fleuve, et ta justice comme les flots de la mer :
paix entre les hommes qui pourrait se répandre comme les eaux fécondantes d’un fleuve, paix dans les cœurs, paix en celui qui sait écouter les ordres de son Dieu et tente d’y répondre de son mieux ; celui-là vit dans la confiance et la justice.

ta descendance serait comme le sable, ses rejetons comme les gravillons :
la plus belle des récompense, depuis Abraham, est la promesse d’une descendance qui perpétue la réalisation de la promesse.

jamais son nom ne serait, de devant moi, ni retranché, ni extirpé :
mission donnée à Israël de transmettre la « connaissance » de Dieu à ses fils et aux fils de ses fils… ainsi il restera toujours en présence de son Dieu.

Seigneur Jésus, toi qui nous as donné ta paix, permets que nous nous laissions guider sur tes chemins. Je veux écouter ce que Dieu dit : le Seigneur parle de paix, pour son peuple, pour ses fidèles, pour ceux qui lui font à nouveau confiance. (Ps 85,9)